Hémorroides

Hémorroïdes / Chirurgie viscérale et digestive

HÉMORROÏDES : EXPLICATIONS

Les hémorroïdes sont une pathologie très fréquente, 1 personne sur 2 à partir de 50 ans présente des hémorroïdes, elle se rencontre de plus en plus tôt, car nos habitudes alimentaires se modifient: Régime pauvre en fibres, constipation non traitée depuis l’enfance…

Les hémorroïdes sont des éléments vasculaires présents normalement au niveau de l’anus chez tous et depuis la naissance. Il s’agit de lacis artériels et veineux. L’ensemble est regroupé en général en 3 à 4 qu’on appelle « paquet » (figure).

Les complications des hémorroïdes:

  • La thrombose hémorroïdaire (ou crise hémorroïdaire) : se caractérise par une tuméfaction douloureuse d’apparition brutale, siégeant à l’entrée de l’anus. Cette crise dure habituellement de 7 à 10 jours.
    La crise hémorroïdaire interne se traduit par une sensation de tension et de brûlure à l’intérieur du canal anal. Ces signes ne durent habituellement pas plus de quelques jours.
  • Les saignements
    Une des complication fréquentes est le saignement. Celui ci peut être minime (sang sur le papier à l’essuyage) ou beaucoup plus abondant, colorant la cuvette des toilettes et coulant au goutte à goutte. Ce saignement est généralement indolore et survient lors de l’émission de selle.
    Abondant et répété il peut provoquer une anémie, il y a alors une indication à un traitement chirurgical.
  • Le prolapsus hémorroïdaire
    Il s’agit d’un phénomène non douloureux correspondant à une extériorisation intermittente ou permanente des hémorroïdes internes (ou procidence). Le prolapsus peut s’extérioriser lors de la selle ou lors d’effort. Il peut se réintégrer spontanément ou nécessiter des manœuvres digitales de réintégration.
    Le prolapsus peut s’accompagner de saignements, de démangeaisons et de suintement.

Les symptômes chroniques doivent inciter à consulter un médecin parce qu’ils peuvent être liés à une autre maladie que les hémorroïdes.

La chirurgie des hémorroïdes :

PLACE AU MINI-INVASIF!

  • Une petite intervention (dite thrombectomie) peut être effectuée sous anesthésie locale en consultation s’il faut enlever une thrombose hémorroïdaire externe unique et douloureuse.

 

 

TRAITEMENT PAR DGHAL-RAR

DOPPLER GUIDED HAEMORROID ARTERY LIGATION – RECTO ANAL REPAIR Il s’agit d’une intervention plus récente (15 ans), réalisée l’aide d’un échographe doppler, qui permet de ligaturer de  façon sélective les artères qui vascularisent les hémorroïdaires.

L’indication du DGHAL-RAR sont les hémorroïdes  hémorragique ou avec procidence gênante, dites de grade 2 ou 3.

Un deuxième geste peut y être associé en cas de procidence muco-hémorroidaire à type de plicature de la muqueuse du bas rectum= MUCOPEXIES ou lifting de la muqueuse hémorroïdales.

L’avantage de cette technique est la diminution de la douleur dans les suites opératoires , l’absence de pansement et reprise rapide des activités!

Les suites sont nettement améliorées au niveau du confort post-opératoire, mais cela reste de la chirurgie et 7-10 jours de convalescence peuvent être nécessaires en cas de prolapsus importants ou de mucopexies majeures.

 

Quels sont les risques de la ligature sous contrôle doppler des hémorroïdes ?

Les incidents répertoriés sont rares. en dehors des risques inhérents à l’anesthésie, la technique elle-même peut induire, comme pour les autres techniques de chirurgie hémorroïdaire mini invasives :

  • Des saignements, généralement de faible abondance et spontanément résolutifs, mais pouvant nécessiter une reprise chirurgicale
  • De la fièvre
  • Une rétention urinaire
  • Des douleurs anales pendant quelques jours, qui répondent normalement aux antalgiques simples, équivalentes à celles observées après hémorroïdopexie de longo

La ligature sous contrôle doppler des hémorroïdes est-elle une procédure remboursée par la Sécurite sociale ?

Actuellement, l’anuscope porteur de la sonde doppler est à usage unique mais il n’est pas pris en charge par la sécurité sociale, il est de ce fait à la charge du patient ou de la clinique si celle-ci accepte de le financer (environ 250 euro).

Procédure Doppler+ Mucopexie

RADIOFREQUENCE

Le traitement en une destruction des tissus hémorroïdaires par l’utilisation d’un courant similaire aux micro-ondes, la chaleur diffuse peu, permet de localiser le traitement sans abimer les tissus autour.

Dans un deuxième temps une nécrose apparait au niveau de l’hémorroïde.

L’intervention dure 15-20 minutes, généralement peu douloureuse.

Cela se réalise en chirurgie ambulatoire.

 

Comme après toute chirurgie hémorroïdaire, des complications sont possibles, mais elles restent occasionnelles après cette technique. Outre les complications inhérentes à l’anesthésie, peuvent survenir :

  • Des saignements, le plus souvent peu importants, mais une hémorragie peut survenir dans les 3 semaines qui suivent l’opération, vous obligeant à être réhospitalisé(e) pour que l’on fasse un point sous anesthésie générale, c’est pourquoi il est vous est conseillé de rester à proximité d’une structure de soins pendant cette période. Le risque hémorragique est faible cependant ;
  • Un blocage pour uriner pendant quelques jours ;
  • De la fièvre ;
  • Les douleurs sont le plus souvent modérées et de courte durée, et bien soulagées par des médicaments classiques type paracétamol ou anti inflammatoires.

Procédure Radiofréquence

Suites opératoires

Les suites des interventions, sont habituellement douloureuses au moins pendant les 10 premiers jours (8patients/10).

La douleur est plus intense au moment de la selle. Elle nécessite souvent le recours à des antalgiques.
La cicatrisation est définitive à 2 mois.

Les techniques mini-invasives sont des chirurgies réalisable en ambulatoire (sans hospitalisation).

Il n’y a PAS de PLAIE externe, ce qui autorise une reprise rapide des activités, sport et baignades!

 

Une intervention classique, dite hémorroïdectomie de type Milligan Morgan, est réalisée sous anesthésie générale lorsqu’on veut enlever les hémorroïdes externes et internes. L’ablation concerne habituellement les trois paquets hémorroïdaires (deux en arrière et un en avant), les plaies sont laissées ouvertes ou partiellement fermées. L’indication est la pathologie hémorroïdaire stade 4 (hémorroïdes avec prolapsus irréductible).

Je réserve cette technique au stade 4 ou au récidives majeures avec échec des autres techniques, car elle est douloureuse et la convalescence longue (21-30 jours)

 

La chirurgie des hémorroïdes

Comment je sais si j’ai des hémorroïdes ?

Douleurs, saignements, brûlure, inconfort ou encore prolapsus, les symptômes des hémorroïdes sont nombreux. Quoi qu’il en soit, les signes varient d’une personne à l’autre. En plus, la maladie peut survenir de façon passagère sous la forme d’une crise hémorroïdaire ou de façon chronique.

  • Sensation de renflement dans le rectum

Une maladie hémorroïdaire peut se manifester par une sensation de gêne ou de lourdeur au niveau du rectum. C’est l’augmentation de la pression dans les veines rectales ou pelviennes qui en est la cause. Bien que cela reste indolore assez souvent, elle provoque une sensation permanente de défécation inachevée.

  • Douleurs dans la zone anale

L’hémorroïde n’est pas toujours douloureuse surtout si la maladie est à un stade non avancé. Mais une douleur plus ou moins aiguë accompagnée d’une sensation de brûlure ou de chaleur au niveau de l’anus peut être le signe d’une maladie hémorroïdaire avancée. Dans certains cas, la douleur se déclenche et s’intensifie lors des passages à la selle, pendant la marche ou dans la position assise.

  • Saignement

La présence de sang dans les selles, les traces de sang sur le papier hygiénique ou dans les sous-vêtements peuvent être les signes indicateurs des hémorroïdes internes. Dans la plupart des cas, l’écoulement est de faible quantité. Chez certaines personnes, la perte de sang accompagne les douleurs lors de la défécation. Quoi qu’il en soit, il est recommandé de consulter un médecin si les saignements sont abondants ou durent plusieurs jours.

  • Sortie de protubérances par l’anus

Aussi connue sous le terme de prolapsus hémorroïdaire, l’apparition des protubérances est sans doute l’un des symptômes les plus évidents de cette maladie. Il s’agit en effet de la sortie des hémorroïdes internes hors de l’anus.

Cela se manifeste par la présence d’une « boule » dans la zone anale suivie éventuellement d’une sensation d’inconfort, de brûlure, de démangeaisons ou d’écoulement de mucus. Selon le stade d’avancement de l’infection, la procidence des hémorroïdes internes peut être intermittente ou permanente, réductible ou irréductible.

Consulter un médecin pour un diagnostic :

L’apparition d’un ou plusieurs de ces symptômes dépend du stade d’évolution des hémorroïdes. Les manifestations diffèrent également d’une personne à une autre.

Pour savoir réellement si vous avez des hémorroïdes, le mieux est de consulter un médecin surtout si les signes persistent depuis un certain temps. Seul un médecin compétent et qualifié peut poser un diagnostic après un examen proctologique qui consiste à un toucher anal et à un examen de la marge anal.

 

Comment soigner les hémorroïdes

Les hémorroïdes peuvent être soulagées de plusieurs façons. Les traitements pouvant être appliqués dépendent de la gravité de l’affection et des indications par rapport à chaque cas. On retrouve généralement trois solutions qui peuvent être médicales, instrumentales ou chirurgicales.

Les traitements des hémorroïdes par voies médicales

Le soulagement de la pathologie hémorroïdaire par les moyens médicaux passe par trois principaux traitements :

  • Les traitements par régulation du transit

Cette solution a pour objectif de modifier ou tout simplement de réguler la fréquence, mais aussi (et surtout), la dureté des selles. La principale recommandation dans ce cas se traduit par le suivi d’un certain nombre de règles hygiénodiététiques.

  • Les traitements topiques ou locaux

Il peut s’agir entre autres du recours à des suppositoires, à des pommades ou encore à des crèmes applicables directement dans la zone anale. L’effet soulageant de ces traitements est généralement basé sur l’action combinée de corticoïdes, d’anesthésiques, de lubrifiants associés ou non à un protecteur mécanique et de phlébotropes.

Les traitements des hémorroïdes par voies instrumentales

Ils sont généralement indiqués dans les cas d’hémorroïdes internes se manifestant par des saignements anaux (rectorragies) ou par un prolapsus hémorroïdaire plus ou moins sévère. Ces traitements se réalisent entre autres par :

  • La photocoagulation infrarouge

Cette solution de traitement se fait en 2 ou séances, avec une pause de 4 semaines entre les interventions.

  • La ligature élastique

Avec un intervalle rigoureux de 4 semaines minimum entre les séances, ce traitement doit pouvoir se réaliser en 3 ou 4 interventions tout au plus.

  • Les injections sclérosantes

À raison de deux injections chaque fois, il est recommandé de respecter un intervalle de 2 à 4 semaines et de ne pas dépasser 4 séances.

Les traitements des hémorroïdes par voies chirurgicales

Dans le cas de complications ou d’échec des méthodes précédentes, le soulagement des hémorroïdes peut se faire par le biais d’une chirurgie.

On parle généralement dans ce cas de traitements mini-invasifs, et l’une des solutions les plus utilisées est la ligature assistée par Doppler. Désignée par le sigle anglais la DGHAL-RAR (Doppler Guided Haemorroid Artery Ligation – Recto Anal Repair), cette intervention garantie de nettes améliorations des symptômes après un certain temps de convalescence.

D’autres techniques de traitement chirurgical des hémorroïdes sont disponibles, comme la radiofréquence. Cette intervention consiste en l’application d’une sorte de faisceau de chaleur qui permet de détruire les tissus hémorroïdaires.

Il faut noter que ces interventions ne nécessitent pas une hospitalisation et peuvent donc se réaliser de façon ambulatoire. Les effets secondaires qui peuvent aller d’une simple fièvre à des douleurs anales en passant par de légers saignements sont rares et généralement bénins quand ils surviennent.

hémorroïdes - docteur desantis chirurgie digestive et viscérale

Contact & prise de rendez-vous

268, avenue de la californie 06200 Nice
dr.mdesantis@gmail.com
04 93 17 49 06